Comprendre le burn-out

Comprendre le burn-out

janvier 23, 2023 0 Par Stan B

Comprendre le burn-out n’est pas chose aisée. Le burn-out est encore assez méconnu, même si depuis plusieurs  années, nous en entendons d’avantage parler. Comment définir le burn-out ? Comment fait-on pour arriver en burn-out ?

Cet article a pour but de mieux le définir, et de vous aider à mieux comprendre le burn-out.

1. Définition du burn-out

Le burn-out est définit selon l’OMS, comme « un syndrome résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été géré avec succès » et qui se caractérise par trois éléments « un sentiment d’épuisement », « du cynisme ou des sentiments négatifs liés à son travail » et « une efficacité professionnelle réduite »

Maslach et Leiter dans « Burn-out des solutions pour se préserver et pour agir » décrivent l’épuisement professionnel comme « un processus graduel au cours duquel la disparité entre les besoins de la personne et les exigences professionnelles s’accentue ».

2. Le burn-out n’est pas  un état statique mais un processus

Le burn-out ou syndrome d’épuisement professionnel est un processus lent et complexe, dont il est difficile de définir le début et l’évolution.

Le burn-out n’est pas état un statique à un moment donné, mais une longue suite d’événement, qui petit à petit conduit à une rupture. Il peut être considéré comme le stade ultime d’un long processus.

Ressentir cette fatigue professionnelle est difficile ; elle n’est pas comprise tout de suite. Cela nécessite un certain recul, complexe à prendre dans cet état de fatigue intense.

Cathy Assenheim, dans son livre « Je suis épuisé.e » aide à comprendre le burn-out et détaille ce processus en 3 étapes :

Un processus interne d’abord, qui ne se voit pas à l’extérieur

En dehors d’un peu de fatigue, les premiers symptômes sont internes. La personne identifie une charge importante de travail. Mais les 1eres  réactions sont une nécessité de s’adapter à ce contexte : « je dois terminer ce travail », « il faut que », « si je ne le fais pas, personne ne le fera ». La tête et le corps  se conditionnent pour tenir  et s’adapter. Cette étape est caractérisée par une surcharge de travail, que la personne peut encore gérer. Ce « surinvestissement d’adaptation » conduit rapidement à un surmenage.

L’épuisement : quand les symptômes deviennent difficiles à cacher :

La volonté ne suffit plus et la personne commence à avoir à des difficultés à fonctionner normalement. La fatigue devient chronique, et d’autres symptômes extérieurs commencent à apparaitre : douleurs, vertiges, irritabilité, malaise, anxiété

La personne peut s’aider de stratégies pour tenir (sports, addictions…)

Cette étape est la période de résistance, qui peut durer un temps variable jusqu’à plusieurs  années, si la personne met en place des stratégies de résistance.

Le burn-out : l’aboutissement du processus

Le burn-out, le stade ultime, est en réalité la dernière étape de ce processus d’épuisement. Un jour sans prévenir, un évènement de trop fait tout lâcher. L’effondrement est alors brutal.

L’évènement déclencheur semble parfois disproportionné à la réaction. Il n’est en réalité que le dernier  coup de marteau qui fait voler en éclats la carapace depuis longtemps fissurée.

Cette dernière étape entraine alors un arrêt brutal, du corps et de la tête.

3. Le burn-out, un syndrome à 3 dimensions

Epuisement émotionnel : le sentiment d’être vidé de ses ressources émotionnelles

La dépersonnalisation ou le cynisme : insensibilité au monde environnant, déshumanisation de la relation à l’autre (les usagers, clients ou patients deviennent des objets), vision négative des autres et du travail

Le sentiment de non-accomplissement personnel au travail : sentiment de ne pas parvenir à répondre correctement aux attentes de l’entourage, dépréciation de ses résultats, sentiment de gâchis…

4. Quels facteurs peuvent conduire au burn-out ?

De nombreux éléments contribuent au burn-out. Tous ne sont pas toujours présents. Parmi les facteurs  pouvant y mener :

Le déséquilibre  entre l’investissement et la récompense : La personne a la sensation d’un déséquilibre entre les efforts (importants) fournis dans son travail, et les récompenses (modestes, voire nulles) qu’elle en reçoit en retour. Un sentiment désagréable de décalage, de mal-être s’installe alors.

La surcharge de travail : une charge de travail importante en quantité et en complexité. Parfois, la surcharge de travail peut-être un ressenti.

Les exigences émotionnelles : les métiers  de contact avec d’autres personnes, peuvent engendrer des émotions relationnelles importantes, pouvant mettre en difficulté et  épuiser.

Les conflits  de valeur : la discordance entre les valeurs  personnelles et les valeurs au travail

Les mauvais rapports sociaux au travail : des relations professionnelles non satisfaisantes, une non-reconnaissance par sa hiérarchie

Burn-out. Epuisement professionnel au travail.
Burn-out. Littéralement.

5. Comment se manifeste le burn-out

Les manifestations du burn-out sont nombreuses et très variables dans l’expression, selon les individus. Parmi les grands symptômes : 

Emotions globalement négatives : peurs incontrôlées, tensions nerveuse, tristesse, irritabilité

Manifestations  physiques : fatigue intense, devenant chronique. Douleurs diffuses (au ventre, à la poitrine, aux articulations, à la tête). Tensions musculaires. Vertiges.

Démotivation au travail : désengagement progressif du travail, entrainant une baisse de la qualité du travail, un sentiment d’être moins performant, et une démotivation progressive au vue de la performance  diminuant

Isolement social : repli sur soi, éviction des collègues, refus d’investir socialement. Le burnout étant mal connu et reconnu, il est difficile d’en parler aux autres. Cela conduit à un repli sur soi

6. Les 3 phases du burn-out décrit par l’INRS (2011)

L’institut national de la recherche et de sécurité est une association a but non lucratif, crée sous l’égide de la sécurité sociale. L’INRS étudie la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. L’INRS définit 3 phases au burn-out :

  1. Phase d’alarme : où le corps réagit au stress à travers la libération d’hormones spécifiques (les catécholamines) qui ont pour conséquence : l’augmentation de la fréquence cardiaque, de la tension artérielle etc.
  2. Phase de résistance : Si la situation stressante persiste, l’organisme entre en phase de résistance et de nouvelles hormones sont sécrétées (les gluco-corticoïdes). Le système central a encore la capacité à réguler ces hormones.
  3. Phase d’épuisement : Les capacités d’adaptation de l’organisme sont débordées. L’état de stress chronique est installé. Pour faire face à la situation, le corps sécrète encore plus d’hormones. Le système de régulation des hormones ne fonctionne plus. L’organisme est submergé d’hormones et en permanence activé; petit à petit il s’épuise

https://www.inrs.fr/risques/epuisement-burnout/ce-qu-il-faut-retenir.html

Le burn-out : mieux compris, mieux protégé !

Le burn-out est donc un processus lent et complexe, qui résulte de nombreux paramètres.

Mieux comprendre le burn-out, l’identifier suffisamment tôt, être attentif aux facteurs l’influençant permet de s’en protéger.

Equilibrer sa vie, en contrôlant son investissement de temps et d’énergie au travail permet de se protéger du burn-out. Il est important de trouver son équilibre au travail, et d’y prendre du plaisir

Ecouter-vous ! Soyez attentif à votre équilibre au travail et à vos ressentis. Equilibrez votre vie, et évitez le burn-out !

Si vous avez aimé cet article, vous êtes libre de le partager !